Interview de M. Dieter Gisiger

Interview de M. Dieter Gisiger, directeur de la SEIC Gland

Extrait de l'interview de M. Dieter Gisiger, directeur de la SEIC Gland (Société Electrique Intercommunale de la Côte)

Quelle est à vos yeux l'importance de la formation professionnelle dans le développement de votre entreprise ?

D. G. Elle est essentielle. Nous constatons que le personnel formé est difficile à trouver et que l'embauche de nouveaux(elles) collaborateur(trice)s électricien(ne)s de réseau n'est pas aisée. Pour cette raison, nous engageons souvent des jeunes dont il faut compléter la formation à la CIFER, soit en leur faisant suivre une formation initiale ou alors des cours sur des sujets particuliers. Nous avons également besoin de formations continues. C'est une réelle nécessité dans le métier d'électricien de réseau.

Pour une PME comme la nôtre, il est primordial de pouvoir s'appuyer sur une institution comme la CIFER pour assurer la formation professionnelle et continue. La Société Electrique Intercommunale de la Côte a une politique active en matière de formation professionnelle. C'est le personnel d'encadrement qui a la responsabilité et la charge d'identifier les besoins en formation de nos électricien(ne)s de réseau et d'organiser leur participation aux cours correspondants.

Selon vous, en quoi la CIFER peut-elle contribuer au développement des la profession ?

D. G. La CIFER a des atouts très importants qui contribuent directement à l'essor de la profession d'électricien(ne) de réseau.

En continuant de proposer des programmes de formation de qualité (initiale, continue, etc.) et en ayant recours à des professeurs disposant d'une grand expérience du terrain tout en faisant le suivi des apprenti(e)s dans des locaux dédiés et adaptés, la CIFER participe activement à une formation d'électricien(ne) de réseau de haute qualité. Elle contribue également à renforcer l'attractivité du métier. Nous comptons donc fortement sur la CIFER pour poursuivre son oeuvre, comme elle le fait déjà, dans le développement du métier par le vecteur essentiel de la formation professionnelle.

Qu'attendez-vous de la part de la CIFER pour les années à venir ?

D. G. La CIFER devra continuellement adapter son offre et le contenu de ses cours aux besoins du marché. Le métier est en phase de transformation et la libéralistion du marché nous réserve quelques surprise. Il faut s'attendre à une transformation complète du métier d'électricien(ne) de réseau durant cette décennie. Les professionnels de demain vont vivre le métier dans un contexte très différent d'aujourd'hui.

Le nouvel environnement de la branche demandera probablement une efficacité et des cadences de réalisation améliorées des électricien(ne)s de réseau, par l'intermédiaire de nouvelles méthodes de travail. Il faudra aussi former des professionnels plus autonomes, organisés de manière plus optimale et qui sauront faire face aux pressions et délais de réalisation plus courts. Il faudra faire plus vite et mieux !

Il est donc essentiel que la CIFER dresse ses besoins de manière proactive et qu'elle apporte des solutions efficientes pour soutenir la branche dans les années à venir.