Interview de M. Jean-Yves Pidoux

M. Jean-Yves Pidoux, municipal et directeur des Services Industriels de la ville de Lausanne (extraits)

 

Pourquoi la création de la CIFER a-t-elle une importance pour vous ?

J.-Y. P. "Permettre au plus grand nombre de bénéficier d'une formation professionnelle à l'issue de la scolarité, c'est une mesure non seulement favorable aux personnes, mais aussi au système socioprofessionnel et économique dans son ensemble. C'est dire si la ville de Lausanne prend au sérieux son statut d'employeur modèle, dans le domaine de la formation initiale comme dans celui de la formation continue. La CIFER est un élément essentiel de ce dispositif de formation: elle permet, sur ue base interentreprises, de contribuer à la formation dans une profession qui est centrale pour la population et l'économie".

En quoi la CIFER est-elle essentielle dans les activités électriques ?

J.-Y. P. "Les réseaux qui permettent de transporter et de distribuer l'électricité doivent être construits, entretenus, exploités par des professionnels: la continuité et l'augmentation des effectifs dans ce métier sont des éléments stratégiques pour le développement urbain. Dans notre centre C-FOR, nous formons des apprentis qui s'initient à plusieurs métiers. Il est bon que des formations différentes mais complémentaires puissent cohabiter et aussi que les apprentis se rencontrent dans plusieurs configurations. Un centre interentreprises est ainsi une occasion décisive de concrétiser une formation à une certaine culture professionnelle, ainsi qu'au métier dans toutes ses composantes techniques et sécuritaires".