Interview de M. Raymond Vaudroz

15.12.2010 |

Interview de M. Raymond Vaudroz, ancien président de l'AVDEL

 

 

 

En tant que président de l'AVDEL et acteur majeur de distribution d'électricité en Valais, que conseilleriez-vous au niveau du partenariat avec la CIFER, notamment en matière de mise à disposition de formateurs; comme nous le disons "la CIFER n'existe que pour et par vous" ?

R. V. Nous encourageons nos cadres à s'investir dans ces missions ponctuelles de formateurs. D'une part cela leur permet de transmettre leur savoir, leurs expériences et leur vécu, et, d'autre part, cela leur donne l'opportunité de confronter leur approche pratique avec la partie théorique fraîchement acquise de leurs élèves. Au niveau des entreprises de distribution valaisannes, toutes sans exception favorisent l'implication de leurs collaborateurs concernés, malgré les contraintes toujours plus nombreuses et plus exigeantes de l'opérationnel.

Quels sont, selon vous, les avantages du partenariat avec la CIFER, en matière de formation professionnelle, qui sont particulièrement intéressants pour les membres de l'AVDEL ?

R. V. La CIFER est une entité organisée de façon professionnelle et neutre (ne dépend directement d'aucun grand distributeur). Pour l'AVDEL, constituée de plusieurs entreprises distinctes, cette indépendance, ajoutée aux qualités de ses services et de sa structure permet une collaboration étroit et confiante.

Dans le cadre du processus de réforme du CFC actuellement en cours, quelle évolution de la formation des électricien(ne)s de réseau souhaiteriez-vous voir pour votre entreprise et quel rôle, selon vous, la CIFER devrait y jouer ?

R. V. La CIFER doit faire office de référence pour la méthodologie pratique de la formation. Elle peut également rassembler au niveau romand les évolutions et souhaits manifestés par les entreprises dans la pratique afin de les faire valoir avec plus d'impact auprès des instances concernées.