Interview de M. Yves Hirt

15.12.2011 |
Interview de M. Yves Hirt, Technicien d'exploitation lignes et postes HT, Groupe E SA

 

 

En parallèle à votre activité professionnelle qui vous permet de mettre à profit vos larges compétences de maître électricien de réseau, vous exercez le noble métier de formateur. Quelles sont les motivations et les satisfactions, qui vous encouragent à continuer de former les jeunes et les professionnels de la branche ? Et que diriez-vous à un collègue afin de l’encourager de donner des cours à l’EPSIC ?

Y.H. J’adore les matières à enseigner, motiver les élèves et les faires progresser jusqu’aux examens finaux.

Ma plus grande satisfaction est lors des résultats des examens finaux et que tous les élèves de la classe ont réussi l’examen.

Je dirais à mes collègues, que le contact avec les élèves est très enrichissant et que cela permet de perpétuer le métier, mais par contre il faut disposer de qualités humaines de patience et de disponibilités.

Le métier d’électricien de réseau est-il attractif ? Dans une perspective romande, comment jugez-vous l’engagement de la CIFER en faveur de la formation professionnelle des électriciens de réseau, notamment en ce qui concerne l’harmonisation et la consolidation des formations continues de proximité (FCP) ?

Et, au niveau des efforts de la CIFER pour l’amélioration de la formation des formateurs dans le cadre du « Cercle qualité des formateur » (anciennement Club des formateurs), qu’en pensez-vous ?

Y.H. Les formations continues de proximité sont une belle initiative, cette manière permet de dispenser un enseignement de qualité et homogène pour beaucoup de sociétés de distributions de suisse romande.

Je pense que la qualité des formateurs à beaucoup évoluée depuis la création de la CIFER, ces formateurs doivent être bien formés surtout que le nombre des élèves actuel est assez important et de plus en plus difficiles à gérer.

Vous connaissez bien les jeunes et leurs aspirations; que faut-il faire pour encore mieux les convaincre de devenir électricien de réseau ?

Y.H. L’idée des portes ouvertes à la CIFER permet de mieux faire connaitre le métier d’électriciens de réseau, mais je pense que la publicité autour du métier n’est pas assez diffusée. Il faudrait insister sur les atouts du métier, comme par exemple, travail à l’extérieur, large diversité des activités, travaux en équipe.